5504 signataires exigent:

Pas de nouveau pacte contre les femmes –
l’égalité salariale maintenant plus que jamais !

 

Ces temps, deux thèmes sont à la une des médias : le franc fort et la crise économique qui menace. Abstraction faite de toutes les incertitudes, une chose est d’ores et déjà claire dans certains milieux : les revendications des femmes vont se retrouver sur le carreau.

Il est question de programmes de dérégulation qui prévoient le renoncement à l’égalité salariale et à une représentation équitable des femmes parmi les cadres et dans les conseils d’administration, comme on a pu le lire dans la NZZ am Sonntag du 22.2.2015. Ces deux mesures sont irresponsables pour des raisons économiques et inacceptables pour des raisons de justice.

Nous, signataires du présent manifeste, n’acceptons pas que l’article constitutionnel sur l’égalité soit ravalé au statut d’article conjoncturel. Recevoir un salaire égal pour un travail de valeur égale est un droit fondamental. Il doit aussi s’appliquer pendant une année électorale et pendant les crises monétaires.

Dans la Constitution fédérale (art. 8, al. 3), il est écrit que « L’homme et la femme sont égaux en droit. La loi pourvoit à l’égalité de droit et de fait, en particulier dans les domaines de la famille, de la formation et du travail. L’homme et la femme ont droit à un salaire égal pour un travail de valeur égale. »

Plus de 30 ans après l’acceptation de cet article constitutionnel, nous les femmes gagnons en Suisse toujours 18,9 % de moins que les hommes, 8,7 % uniquement et entièrement à cause de notre sexe. Il est urgent que cela change.

Nous, signataires du présent manifeste, nous nous battons pour l’égalité salariale, maintenant plus que jamais !

 

Le manifeste est un grand succès : 5 505 personnes l’ont signé en l’espace d’une semaine. Le 9 mars nous l’avons remis à la présidente de la Confédération, Simonetta Sommaruga.

Merci beaucoup !